jeudi 19 août 2021

Âme anticlinale

j'anticline
que voulez-vous

dimanche 18 juillet 2021

-

se laisser aller
à la prose
de l'insecte vagabond

mardi 20 avril 2021

-

dans le chaos discret des désirées latentes
se rappelle
la métaphysique des sens
belle comme une grammaire
ahurie comme une île

samedi 17 avril 2021

-

on avait perdu pronoms
retenu le fleuve glissant des fragments
et pourtant
ça pesait

ça pesait grave

samedi 22 décembre 2018

-

à mi-lieu
de sans et pierre
la vie ordinaire
apocryphe

où centre tout
vogue flou
flotte fou

ça pleut ça pleut
ça pleut

et toi ?
comment pleus-tu ?

on aurait pu croire
ni peu ni prou
mais on s’est tenu
à tenir
et filer doux

mardi 11 septembre 2018

-

ici

plat comme la fuite
verbale

l’heure sonne
insidieuse et bleuie

sous les graves
se porte encore la nuit

samedi 30 juin 2018

-

entre deux pieux
la plaine

dimanche 8 avril 2018

-

à chaque chute je me dénomme

dimanche 18 mars 2018

-

n’aie pas peur
peine

ou alors
ne sois que peur
peine

suprême et sans égal
pareil à elles

jeudi 1 mars 2018

-

le chemin, c’est celui que tu prends
ornière rouille ferraille
ascension dans la plaine-sommeil
terre gelée semblant rocher
tout écrit d’avance
et si peu

le chemin c’est celui qui te prend
t’enlève à toi-même
parce que rien n’est longtemps

le chemin qui te devient
que tu deviens
qui n’a ni nom ni trait

et des fois rien
qui ne bouge pas
c’est lui aussi
ton pas

jeudi 4 janvier 2018

Année nouvelle

Puisses-tu y vivre
aussi fort que le vent

vendredi 30 juin 2017

-

déréliction rurale
délabrement urbain

dimanche 18 juin 2017

-

à petit feu fragile
flamme vulnérable vacille

en quête d’une quête
qui ne serait pas
gouffre

elle trouve l’irréel
et le mal des hommes
que l’on ne peut défaire

feu mourant avec peine
se rêve de nuit absolue

lundi 29 mai 2017

-

Pourtant cette blessure
cette blessante blessée
je la suis
qui tout engouffre
et crève

samedi 18 février 2017

-

non
il n’y a aucun tout ni rien

quelques riens
beaucoup de peu
et les infinis

ne pas en abîmer une miette

mardi 14 février 2017

à la peur
je dois tout
même tranquille

lundi 6 février 2017

Vitré

on sentait comme une petite descente
une pente douce
et infinie

lundi 2 janvier 2017

au bout de mon champ
s’étire un autre champ
et la vie incertaine

jeudi 29 septembre 2016

retirée
dans la nuit de la nuit
la promesse

du monde

vendredi 17 juin 2016

L'aveu

avance au plus loin de ton jour
enfonce-toi dans l’ombre
jusqu’à l’éclipse

où les heures se froissent
où il pleut ce vent
sans commencement

entends le merle
te prêter un poème
la forêt entière te faire ses adieux

dans l’antre de la perte
alors devenue toi
un chant nuage s’écoulera lentement
donnant absolution

je m’y tiendrai

- page 1 de 20