Pâleur du monde.

Celui qui ne trouve pas qu’après chaque chagrin le monde est devenu plus pâle, que les rayons du soleil sont plus timides et que le devenir demande des excuses, en brisant son rythme - à celui-là manquent les fondements cosmiques de la solitude.

E. M. CIORAN, Le crépuscule des pensées

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://zulio.org/janik/trackback/1763

Fil des commentaires de ce billet