Rien derrière elles.

A chaque fois j’y croirai.
A chaque fois.
Et, à chaque fois, en deux heures ou en dix ans, ça se pètera la gueule.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://zulio.org/janik/trackback/1766

Fil des commentaires de ce billet