Quand on a lancé le projet, on est parti sur une histoire super sérieuse sans le moindre humour, ce qui n’est pas dans nos habitudes. Si on devait prendre en compte des références pour cette BD, on citerait Watchmen, tant qu’à faire de la BD/roman graphique (oui, y’a des chances qu’il y ait des vrais textes pour étayer et égayer le tout). Bon, rien ni personne n’arrivera jamais à la cheville d’Alan Moore et nous deux ne feront pas exception à la règle, faut pas trop rêver, mais ce type de référence nous pousse en avant pour arriver à un résultat le plus abouti possible.

Pour ma part, qui ait posé la trame générale, j’avais envie de partir sur une BD qui dans sa structure rappelerait quelque chose comme One Piece (oui, tant qu’à faire aussi), avec une narration reposant sur des arcs scénaristiques ou chapitres, incluant un tas de références qui feraient la richesse de l’histoire jusqu’à aboutir à une conclusion genre “grand final”.

Ceci étant dit, je trouvais également de faire un scénario de BD au sens où une fois que ledit scénario est pondu, je n’ai plus qu’à refiler le bébé et hop, je peux retourner à du vrai écrit (au sens nouvelle, novella ou roman). Et c’est là qu’évidemment, les problèmes habituels ressurgissent : ma bonne vieille flemme qui me fait avancer un petit peu avant de m’écarter du récit de longues semaines, et ma bonne vieille habitude de travail qui fait que j’improvise, et que quand je n’ai pas l’inspiration il n’est pas rare que je laisse un texte sur le bas-côté… parfois pour très longtemps.

À ce jour, deux arcs ont été écrits (et des dessins préparatoires du côté de Wan), et voici qu’aujourd’hui ce projet est revenu me visiter à l’improviste. Ce soir, il y aura un troisième arc d’écrit…